Land of smiles

Quelques moments captés au pays du sourire, en 2562, oui nous ne sommes pas tout à fait en 2019 ici en Thaïlande ! 😉 Une toute autre culture, même si elle change elle aussi, à mesure de la mondialisation, malheureusement. Mais je reste très heureux de vous faire partager ces quelques moments de vies et de réflexions. Désolé pour mon accent Thaï lorsque je parle anglais, on prend vite de mauvaises habitudes !! 😉

Les clochettes de temples, les cloches, les gongs, les appels à la méditation, cet oiseau (coucou) que l’on entend qu’en Asie, bref, toute cette atmosphère particulière. Pour quelques photos, consultez mon compte instagram ! 😉

La Thaïlande n’est le « pays des Thaï » que depuis un millénaire environ. Avant l’arrivée des peuples thaï depuis le sud de la Chine, il a existé dans la région plusieurs royaumes indianisés successifs ou concurrents, d’ethnie môn, khmère ou malaise.

Les thaï établirent leurs propres royaumes, d’abord Sukhothaï et le Lanna, puis le royaume d’Ayutthaya. Ces États se combattirent entre eux et furent constamment menacés par l’empire khmer, les birmans et le Viêt Nam. Progressivement plus puissante, la Thaïlande, amputée de plusieurs régions (Cambodge, Laos) souffrit aussi des empiétements de l’Europe coloniale au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Les Thaï se targuent d’être le seul pays d’Asie du Sud-Est à n’avoir jamais été colonisé.
Après la fin de la monarchie absolue en 1932, la Thaïlande a vécu soixante ans de pouvoir militaire, jusqu’à l’établissement d’un système démocratique, avec un gouvernement élu. Ce système est cependant faible, et les militaires continuent à jouer un rôle prépondérant dans la politique. 
Influencée par la religion, la culture thaïlandaise qui est très ancienne partage des similitudes avec celles de ses pays voisins tels que la Birmanie, le Cambodge et le Laos. De même, les flux migratoires venant de Chine ont également eu une importante influence sur la culture thaïe.
Le Waï est une coutume thai utilisé pour saluer, dire bonjour ou encore au revoir. Il n’est pas courant que les hommes et les femmes montrent leur affection l’un envers l’autre en public. Ainsi, il est relativement rare de voir des couples s’embrasser ou se tenir la main dans la rue.
Il est également d’usage d’ôter ses chaussures lorsque l’on rentre dans une maison et de franchir le seuil sans y déposer le pied. Les moines bouddhistes ne peuvent pas entrer en contact avec les femmes. Si une femme fait une offrande à un moine, celle-ci se doit de déposer le don dans un bol, à ses pieds ou sur un tissu.
Le peuple thaï représente le principal groupe ethnique de la Thaïlande. Puisant leurs origines de la Chine du Sud, les thaïs se sont installés au Yunnan dès le 1er siècle avant J.C. Puis c’est au 11ème siècle qu’ils se sont établis dans la région de la Thaïlande actuelle.
La langue parlée en Thaïlande est le thaï, qui compte parmi les langues kadai, une famille de langues du Sud de la Chine et d’Asie du Sud-Est. La principale religion pratiquée en Thaïlande est le bouddhisme, mais plus particulièrement le bouddhisme theravāda, qui signifie « doctrine des Anciens ».
Le thaï, qui est également appelé le siamois, est une langue qui appartient à la famille kadai. Cette langue, qui est parlée par près de soixante millions de personnes, est une langue assez particulière dont son origine reste encore inexpliquée. Au fil du temps, le thaï a pioché des mots venant de différentes langues d’autres peuples, telles que le lao, chinois, l’indien, le malais, le birman, le khmer et l’anglais.
Le thaï est une langue polytonale qui compte 5 tonèmes : bas, médian, haut, descendant et ascendant. Ainsi, un mot peut avoir différentes significations, jusqu’à cinq, en fonction de la prononciation. Le siamois est une langue isolante, c’est-à-dire que les mots sont invariables, il n’y a donc pas de nombres ou de genres, de fonctions ou de nature, ou encore de temps ou de modes. Ainsi la langue thaïe suggère plus les images et les idées, qu’elles ne sont définies. Enfin, la langue thaïe est monosyllabique, soit la plupart des mots ne contiennent qu’une syllabe.

Le peuple thaï est originaire du sud de la Chine. La langue thaïe est donc, à l’origine, proche du chinois. Elle s’est ensuite enrichie de khmer, de sanskrit et de pali. La langue officielle est le thaï du centre, le thaï de Bangkok, que tous les thaïs comprennent. Il existe ensuite des patois locaux, dont trois sont clairement individualisés : le thaï du nord (province de Tak et jusqu’à la frontière birmane), le thaï du Nord-Est (Isan – frontière laotienne et cambodgienne) et enfin le thaï du sud (de Chumphon à la frontière malaise), avec leurs accents très différents. Cette classification est en fait très grossière et il existe une multitude de variantes dans chaque groupe linguistique régional

Pour être complet, il faut également signaler qu’il existe une langue spéciale pour s’adresser à la famille royale : le Rachasap.
Le thaï est une langue polytonale à la grammaire rudimentaire. On distingue 5 tons : neutre, montant, descendant, haut et bas. Associés à des syllabes courtes et longues, on obtient un grand nombre de possibilités acoustiques (en fait 10), formant autant de mots aux significations différentes. Pour un thaï, ces différences sont flagrantes. Pour un européen, peu habitué à ce genre de subtilité, il en est tout autrement et c’est ici que réside la principale difficulté de l’apprentissage du Thaï. Malgré ces difficultés, il est impératif, à notre avis, de connaître quelques rudiments de thaï si vous voulez vraiment aller au contact de la population locale et profiter pleinement de votre voyage. Peu d’étrangers parlent le thaï et il suffit de quelques mots et tournures pour impressionner favorablement vos interlocuteurs ! Il est impossible d’apprendre le thaï en un mois de présence en Thaïlande. Par contre, il est intéressant d’apprendre au moins à compter avant le départ, histoire de faciliter le marchandage…

Voici un exemple célèbre illustrant parfaitement les tonalités de la langue thaïe : Maï maï maï maï qui suivant l’intonation de chaque mot peu vouloir dire :
– Le bois vert brûle-t-il ?
– Le bois vert ne brûle pas.

Heureusement, la grammaire est simplissime puisqu’il n’y a ni pluriel, ni article, ni genre, ni conjugaison. Un verbe est invariable quel que soit la personne et le temps. Seul un petit mot situé avant le verbe (pour le futur), ou après (pour le passé) permet de différencier le temps. 
Les thaïs sont un peuple accueillant et chaleureux, d’où le surnom qui leur est attribué, « le pays du sourire ». Concernant les loisirs, la ligne de conduite des thaïs est de s’amuser avant tout. Cela peut aller d’une danse de drame masqué (Khon), à un orchestre de musique traditionnel, en passant par un match de boxe thai, le plaisir est toujours de se divertir.

Tsawn (tsawn tsawn) !!! 😉 pour trinquer
gaew (gaeo) / tsawn gao = cul sec !! 😉
mao = bourré / défoncé
mao mai = es-tu saoul ?!
mai mao = Non je ne suis pas saoul !
mai pen rai = no problem
nid noi = un (petit) peu
aroi = délicieux
arai = quoi ?
tham arai = que fais-tu ?
farangset = France / français
krab = formule de politesse ajoutée à tout (pour les hommes / « Ka » pour les femmes)
chai = oui
mai chai = non
Share